Pendant mes années estudiantines, en particulier pendant que je vivais à Nantes, je récoltais quand je le pouvais, des affiches de concert. J’aimais beaucoup les grandes affiches que l’on voyait placardées dans les villes pour annoncer tel ou tel concert. La plupart de celles que j’ai récoltées se sont retrouvées à un moment ou à un autre, accrochées sur le mur de ma chambre ou de mon studio.

Et puis, vint le temps d’emménager avec mon amie qui me fit ranger ces affiches, que je roulais précautionneusement dans un tube en carton, pour les conserver au mieux, afin de pouvoir les ressortir à l’occasion. Bon an, mal an, au cours d’un déménagement, ces affiches ont disparu. C’était il y a environ 10 ans, à la fin des années 2000.

J’ai cherché ces affiches, partout, retournant régulièrement mon appartement, toujours en quête de ces quelques souvenirs de jeunesse, et c’était toujours, non sans une certaine affliction que je me rendais à l’évidence : elles n’étaient nulle part. Perdues probablement. J’ai même embêté mes parents avec ça, parce que je me disais que, peut-être, sans m’en souvenir, je les avais déposé chez eux. Régulièrement, je leur posais la question. Et puis, ils ont déménagé, profitant de l’occasion pour faire le ménage. Ou plutôt, le vide. Mais rien. Je craignais qu’ils les aient jeté, comme ils avaient faire avec mon mobile The Cure, sorti à l’occasion de l’album Wish. Mais non, ils ne se souvenaient pas.

J’ai encore cherché après ça, fouillant mes placards le plus méthodiquement possible, je demandais encore une fois à la mère de ma fille si elle ne les aurait pas trouvé quelque part, à tout hasard. Mais rien à faire, et je finis par me rendre à l’évidence : je ne reverrai jamais ces affiches. Et puis…

… et puis, en rangeant le seul placard que je ne retournais pas régulièrement pour la simple et bonne cause que j’y entrepose des cartons sans intérêt… je retrouvais le fameux tube en carton, et son contenu ! N’est-ce pas finalement extraordinaire ? Surtout quand l’espoir a disparu ?

Forcément, j’ai déroulé chaque affiche, me souvenant avec émotion (ou presque) de chacune d’elle. Il y en a que je n’ai pas retrouvé, une belle affiche de The Divine Comedy, période Liberation, ou un autre de Dominique A, de grande taille. Pour le reste, elles semblent toutes être là. Dans l’état où je les ai trouvées à l’époque.

En voici quelques unes.

Les autres sont placées depuis cette découverte entre deux feuilles de carton épais et lourd, pour leur permettre de retrouver leur planitude. J’en ferai des photos de bonnes qualités quand elles seront suffisamment aplaties.